« Photographe pas cher rhône » ou la question du prix contre la qualité

il suffit d’aller sur google et de taper « photographe mariage » pour voir arriver en suggestions des localités et surtout cette proposition « photographe par cher ».

Mais c’est quoi au juste un photographe pas cher? serait-ce un photographe débutant? un « fauxtographe » (professionnel ou amateur)? ou alors même, serait-ce que les autres photographes abuseraient dans leurs prix?

Si on suit la théorie économique des prix, les premiers prix sont les moins bons et les plus chers seraient les meilleurs. Ceci est faux dans la pratique. Mais il s’agit avant tout d’un choix des mariés qui doivent en être conscients, entre la recherche de la qualité et du prix. Je précise avant tout qu’il est difficile de faire des généralités.

La question des mariages à bas prix

On a tout d’abord des photographes amateurs qui proposent leurs services (souvent non déclarés), bien souvent sur des sites comme leboncoin. A nouveau, difficile de dire « ils sont mauvais » ou « bons ». cela peut être un jeune qui veuille se lancer dans la photo et a besoin de s’expérimenter. Il faut bien se lancer un jour… ce fut d’ailleurs mon cas à un moment donné. Mais qui dit non-expérimenté dit risque d’une mauvaise surprise :

non seulement, le couple n’a que peu de certitudes sur le résultat final, mais surtout, il s’expose à de possibles mauvaises surprises : si le contrat est au black, le moindre souci et il sera dès lors très difficile voire impossible de récupérer les clichés, voire son argent. Il n’y a aucune sécurité juridique. De plus, le photographe n’a sûrement pas son matériel en double pour prévenir le moindre souci technique qui ferait rater tout ou partie du mariage…Il existe aussi le cas où un photographe baisse ses tarifs pour remplir son agenda vide.

Chercher un photographe de mariage avec comme mots clés « pas cher » vise donc à mettre d’abord le prix plutôt que la qualité qui peut être très aléatoire. Mais les mariés en sont conscients dans la très grande majorité des cas 🙂

Les photographes hors de prix

A l’inverse, des photographes sont chers, mêmes parfois très chers. Le maximum que j’ai pu voir en France était à 1800€. Mais à ce prix là, qu’avez vous de plus me direz-vous? c’est la bonne question^^. Certains vont ainsi inclure un album photo papier (qui coûte cher). et sinon? c’est plus difficile d’y voir clair. A ce tarif, les mariés sont en droit d’avoir un photographe nickel chrome, voire une équipe même, et peuvent en général s’appuyer sur une expérience et de nombreux mariages pour avoir une idée du résultat possible. Certains photographes mettent tout simplement un tarif haut pour ainsi n’en faire qu’un au lieu de trois et d’économiser du temps. C’est aussi le prix à payer pour s’assurer d’avoir un photographe qui est très demandé et qui peut donc se permettre d’augmenter son tarif.

Mais il faut noter que certains photographes font le choix de ne pas publier leurs tarifs et d’autres oui, ce qui est mon cas, dans un souci de transparence vis à vis du client. 🙂

Le coût du mariage pour un photographe

Attention, sujet ultra épineux^^. C’est LE sujet favori des photographies sur lequel ils vont se plaindre la majorité du temps. A raison bien souvent, mais pas toujours non plus. Tous les photographes ont des charges sociales à payer, qui vont grever directement une partie de l’argent perçu. Jouons carte sur table, mes charges en 2014 s’élèveront à 21%. Cela varie énormément selon le statut du photographe. il en existe plusieurs.

Et c’est là qu’on assiste à la guéguerre entre les pros à l’ancienne (en SARL, artisan…) et les « petits » (autoentrepreneur). Comme dans beaucoup d’activités, les autoentrepreneurs sont visés par les autres catégories car jugées trop avantageuses. Les réformes récentes ont tout de même modifié avec notamment le passage à 21% des charges. Les autres ont tendance à l’oublier, les autoentrepreneurs ne sont pas assujettis à la TVA. Ce qui veut dire qu’ils ne peuvent pas du tout la déduire lors de leurs achats. Ils doivent ainsi réaliser tous leurs achats en TTC, comme n’importe quel client, et non HT comme les artisans par exemple. Ce qui au final, vient tout de même fortement équilibrer les choses.

A cela, il faut ajouter les heures de travail. La prise de vue peut durer 10h voire plus, ce à quoi il faut ajouter les heures nécessaires à la retouche. Ici, cela dépend énormément du photographe. Certains sont rapides, d’autres moins. Je m’estime pas particulièrement lent car je suis capable de rendre les photos au bout d’une semaine en général : la photo étant mon activité secondaire, je dois travailler dessus à mon retour à la maison, le soir… Par contre, cela me donne pour avantage de ne pas trop avoir de pression économique derrière car j’ai mon activité principale qui passe d’abord.

Surtout, je ne suis pas là pour alimenter le débat. Simplement, je pars du principe que les mariés sont pleinement responsables dans leurs choix. Si le souhait est avant tout pécuniaire, alors ils se tourneront vers les tarifs les plus bas. Le client est roi, et les mariés n’auraient simplement pas pris de photographes s’ils n’avaient pas trouvé ce petit jeune à 300euros… le résultat est incertain, mais c’est mieux que rien après tout!

Mais il y a aussi d’autres mariés qui cherchent avant tout la qualité, quelque qu’en soit le prix. Conscients qu’ils ont mis énormément de temps et d’argent dans leur mariage, ils veulent des photos à la hauteur du reste et de l’événement! il serait bête d’avoir des photos décevantes…

La recherche du rapport qualité/prix avec un budget prédéfini

Et enfin, on a une extrême majorité de mariés qui cherchent un photographe de qualité mais dans un tarif « raisonnable », un rapport qualité/prix en somme. Dans ce cas, ils veulent avant tout de la qualité mais ont défini un budget à respecter. Encore faut-il que ce budget soit bien défini et cohérent (vouloir de la qualité en mettant 200euros…)

Mais il suffit de se demander : est ce que je ferai un mariage avec un traiteur « pas cher » ou débutant, une robe de mariée trouvée à H&M? Pourquoi le photographe serait-il beaucoup moins bien payé que les autres prestataires?

En allant à l’étranger j’ai pu noter par exemple que le photographe de mariage français est sous-payé par rapport aux USA ou au Brésil où un photographe moyen se paie $2000… Mais la France a longtemps souffert du côté classique (voire vieux jeu) dans ses clichés et c’est seulement depuis une dizaine d’années et (pour beaucoup l’influence de photographes américains) qui a su revitaliser l’activité.

Ne pas oublier le relationnel avec le photographe

Je finirai ce long développement (pardon) par une autre donnée : Être photographe de mariage ne s’improvise pas. D’excellents photographes dans d’autres domaines en seraient incapables. A l’inverse, je suis certain qu’un photographe de guerre ferait un excellent photographe de mariage même ce serait très différent pour lui 😀 Les mariés doivent choisir le photographe qui leurs conviennent, en fonction du prix, c’est impossible à nier, mais aussi la qualité et surtout le feeling avec le photographe. Cette dernière donnée est difficile à expliquer et à quantifier, mais il n’y a rien de mieux qu’un photographe avec qui les mariés se sentent à l’aise et s’amusent comme des fous, plutôt qu’un photographe « méchant »^^.

Vous retrouverez le détail de ma prestation en cliquant ici.

Légende photo : tiré du mariage de Céline et Pierre, que vous pouvez retrouver ici.