Escaping winter / Fuir l’hiver : Saison 1 episode 1 Cambodia

Pour ceux qui me connaissent, l’hiver est une épreuve. Je déteste le froid. Je n’hiberne pas pour autant mais je ne shoote quasiment plus.

J’avais le projet de partir dans un pays chaud depuis un moment et quand un ami néo-zélandais m’a proposé de le rejoindre pour un trip au Cambodge j’ai dit oui!

Ce fut une aventure incroyable en mode backpack dans un pays qui m’aura vraiment marqué.

Mais avant d’arriver au Cambodge, il a fallu commencer par… Shanghai!!

J’y ai passé une journée et pour être honnête, je ne suis pas spécialement fan et la météo n’a pas aidé : il faisait -1 degré alors que je partais pour le Cambodge et ses 32 degrés de moyenne… Pour autant, j’ai pas mal marché dans les rues de la ville même si, avec avec mon appareil photo, j’étais une vraie attraction dans la rue. J’en garde une image en tête : en marchant les yeux rivés sur le haut des gratte-ciels, je vois un minuscule point rouge bouger. Je sors alors le téléobjectif et me rend compte, entre l’amusement et l’effroi qu’il s’agit d’un laveur de carreau simplement tenu par une corde qui se balance de chaque côté pour faire son travail… déguisé en père noël

Après un périple de près de 36 heures sans sommeil, j’arrive enfin au Cambodge. Ce premier article va s’attarder sur la ville de Phnom Penh et sa périphérie.

Un second article viendra ensuite très vite à propos de Sihanoukville et Siem Reap et les fameux temples d’Angkor Wat.

Phnom Penh est la capitale du pays et la plus peuplée. Je me souviens encore des odeurs du marché couvert… entre la viande, les poissons, les vêtements contrefaits… cet épisode restera dans les annales et le nez.

Ce qui marque également, ce sont les temples forcément. Je laisse volontairement le sujet pour le prochain article qui consacrera une grande partie à Angkor.

Nous avons aussi pu assister à des combats de kick-boxing. Ce qui ne transparaît pas vraiment sur les photos, c’est l’âge des combattants. Les premiers n’ont même pas 10 ans!! Les autres avaient 15 ou 16 ans. Très impressionnant d’autant plus que ces combats sont retransmis à la télévision et qu’autour du ring, les supporters déchaînés s’enthousiasment autour des paris. Une chose nous a intrigué : des téléphones portables attachés à une planche : le porteur avait en fait tous les téléphones en appel et commentait en direct le match pour que ceux qui l’écoutaient puissent parier!

Et enfin, ce qui m’aura le plus marqué à Phnom Penh, et de très loin, ce furent le killing field et la SL21. Je ne vais pas refaire un cours d’Histoire mais le pays a connu la folie de la dictature du régime Khmer rouge dans les années 70. 1 personne sur 4 est morte !! C’est juste invraisemblable. Et pourtant il reste très très peu de traces du génocide. La prison SL21, ancienne école devenue centre de torture est glaçante malgré la chaleur du pays. Et que dire du killing field. A 45 minutes de route de la capitale, au milieu des rizières, se trouve un des plus grands charniers mis à jour. Les infrastructures ont disparu, mais pas les morts. Et ces derniers, au fur et à mesure, finissent par ressortir du sol, jonché des vêtements qui eux aussi remontent à la surface. Je suis tombé sur un fémur en marchant. Ce musée est remarquable et on n’en ressort pas indifférent. D’autant plus choquant que ce génocide a été réalisé intégralement à l’arme blanche, car les munitions coûtaient trop cher…

Pour ceux qui l’ont visité, le simple fait de repenser à l’arbre aux enfants suffit à se rappeler à quel point la folie des hommes peut aller loin, trop loin.

Nous sommes ensuite partis vers Kampot et il n’y a aucune photo… car j’ai cassé l’appareil photo! J’avais pris le choix de ne prendre qu’un boitier et plusieurs objectifs. J’ai chuté dans le port de Kep sur une surface glissante avec l’eau de mer et l’appareil n’a pas survécu. Ce fut un drame personnel ^^. J’ai très vite soupçonné une rouille des circuits internes avec le sel. Après avoir retiré la carte mémoire et la batterie il a fallu attendre… et l’appareil était bien cassé. Mais je refusais de le réparer par moi-même.

Mais l’histoire n’est pas terminée!! La suite dans l’épisode 2 !

CATEGORIES

MENU