Fuir l’hiver saison 2 : l’Afrique du Sud et le Swaziland Episode 2

Deuxième partie du périple en Afrique du Sud! Nous reprenons là où nous l’avions laissé, c’est à dire au Swaziland, dans le Mlilwane Wildlife Sanctuary. Une auberge de jeunesse nichée en plein cœur… mais sans aucun touriste! Il n’a pas fallu beaucoup de motivation pour profiter de la ville avec piscine et les servantes très gentilles 😀 Idéal comme point de départ pour des petites randonnées à pied mais aussi à cheval! Car il n’y a pas de carnivores (en dehors des crocodiles) donc les herbivores sont partout. Les zèbres viennent jusque dans les jardins.

Direction ensuite le Malolotja National Park, et dépaysement total à nouveau : cela donne presque l’impression d’être dans les Alpes autrichiennes. L’occasion également de faire un Canopy Tour, sorte de via ferrata pour les nuls dans les branches mais la vue sur les paysages est sympa.

Et voilà qu’arrive le Kruger. Le fameux Kruger Park, de la taille d’Israel à lui tout seul, qui est un peu le point culminant de ce séjour avec 3 jours passés là-bas.

Avant d’entrer plus en détail, je tiens à préciser que la photographe animalière n’est pas mon domaine. Pas du tout même puisque c’est la première fois. Mais un humain est une bestiole aussi non? Alors cela devrait pouvoir fonctionner. Cependant, je n’étais pas forcément équipé pour. J’ai donc choisi de louer un objectif 300mm chez Pixlocation, que je recommande chaudement par ailleurs. Je n’ai pas utilisé cet objectif à tout bout de champ car les animaux s’approchent d’eux mêmes des véhicules parfois mais il aura quand même bien servi.

L’autre point que j’aimerai souligner est qu’on ne parle pas de simple safari mais de « Safari Game » car c’est une sorte de jeu : trouver les animaux. Et comme dans n’importe quel jeu, il peut arriver de perdre. Car ce sont plusieurs paramètres à prendre en compte : le moment de la journée, les points d’eau ou de passages, la présence ou non d’autres animaux, les humains, le fait de réussir à les voir malgré la végétation et aussi une part de chance.

Voici quelques unes des rencontres avec les animaux photographiés parmi les plus marquantes.

Après 2h30 de voiture dans le parc sans n’avoir rien aperçu d’autres que des oiseaux, le moral faiblit un peu. Mais il faut continuer à avancer. Et là, soudain, de l’autre coté de la rivière asséchée, une voiture à l’arrêt; En général une voiture ne s’arrête pas pour rien. Et voilà qu’entre les deux voitures, passent tranquillement deux léopards! C’est un des animaux les plus durs à débusquer du parc et il se promène devant nous. D’ordinaire solitaire et nocturne, ils sont pourtant deux! La montée d’adrénaline est grisante. Comme un enfant au parc Astérix (ou Disney, c’est selon) Les léopards se posent ensuite dans les broussailles.

Mais la rencontre la plus impressionnante de la journée sera avec les éléphants. C’est un animal vraiment impressionnant. Déjà vu plusieurs fois de loin (150m lors du premier) puis être tombé nez à nez avec un éléphant couvert de boue au bord de la route (oui nez à nez c’est possible malgré sa taille) cette nouvelle rencontre allait tout changer : Une voiture arrêtée en plein milieu. Quelques éléphants sur le côté droit qui mangent tranquillement à 25m de la route. Mais il y en a d’autres sur la gauche de la route qui progressent doucement. 1 puis 2 puis 3 puis 4.. dont des petits. La voiture s’en va. Mais il semble y en avoir encore d’autres sur la gauche. En avançant la voiture, en effet, une horde beaucoup plus importante s’apprête à traverser. Machine arrière en voiture pour ne pas les rater. Et là, à ce moment précis, voir en rangs serrés une bonne vingtaine d’éléphants avancer vers la route est une chose incroyable! La horde traverse la route, ils deviennent impossible à compter tellement ils sont nombreux, on dépasse les 40 animaux. Grand moment.

La deuxième journée commencera à l’aube avec cette fois un troupeau de girafes au lever du soleil. Puis plus rien. La traversée d’une zone aride est désespérante. Mais arrivé à un camp, plusieurs positions de félins sont signalés! De retour dans la voiture pour finalement tomber sur un léopard et un lion! En fin d’après-midi, la plus belle rencontre de ce périple s’offre enfin :

La lumière est chaude, la route suit en parallèle une petite rivière en contrebas. De nombreux herbivores sont présents. Très nombreux mêmes. Plus on s’enfonce et plus la tension est palpable, en particulier chez les zèbres. Et là, à 250m de la route sur la gauche, une tête dépasse devant un arbre couché : c’est un guépard, c’est certain! La voiture pile. La tête a disparu. Je n’ai pourtant pas rêvé! Mais non, la tête réapparaît, accompagné de deux bébés! A la jumelle, et avec le téléobjectif, l’observation commence. Car l’animal fixe l’horizon. Et par n’importe lequel : à la droite de la route se trouve la rivière et les antilopes. Le guépard commence à se mettre en marche pour la chasse… suivi par ses petits. Une autre voiture nous rejoint. Le guépard laisse les petits dans les fourrés à 50m de la route et avance désormais seul. à 75m sur la droite de la route, se trouve une femelle antilope et son petit. La tension est à son comble. Le guépard se faufile, passe devant la voiture, marque un arrêt : les antilopes sont en alerte. Et c’est la panique générale : Les antilopes détalent vers la rivière poursuivis par le guépard. Le troupeau se zèbres traversent la route dans l’autre sens dans un nuage de poussière et de bruit. Puis le silence. Les petits guépards commencent à s’impatienter et sortent de leur abri et poussent des petits cris. Finalement la mère leur répond et les bébés filent en sa direction. Plus tard, revoilà la petite famille qui retraverse la route devant la voiture. Je vous laisse imaginer l’excitation après un tel moment ^^.

La nuit dans le parc, les cris de hyènes se mêlent à ceux des lions et des différents herbivores qui viennent à les croiser. C’est une ambiance très particulière.

Après 3 jours passés dans le parc, la nouvelle et dernière grosse destination est en vue : Le Blyde River Canyon. Situé sur un haut plateau dominant la région, ces 2 jours passés sur place ont été très agréables. Des vues sur la vallée, et même une baignade dans une rivière ! L’eau formant des remous avec le courant et les rochers, la sensation d’être dans un jacuzzi à ciel ouvert était totale 🙂 Et surtout le Blyde River Canyon en lui même. Sur les précieux conseils du propriétaire de l’hostel, un détour vers une randonnée qui promet. Et dès le départ, on met la barre très haute : une vue imprenable sur le canyon. C’est le 3ème plus grand du monde (après celui du Nevada, il ne me reste plus que celui en Namibie pour boucler le top 3. Qui a dit prochaine destination???) Et c’est parti pour la randonnée qui s’avère être bien sportive : une descente pas toujours évidente pour la première moitié du chemin. Au retour, deux chemins possibles…. Prenons donc le plus court… qui s’avère en fait être un vrai labyrinthe dans la jungle, sous une chaleur épuisante, à crapahuter dans la végétation, éviter les araignées, sauter au dessus des cours d’eau, ou marche en équilibre sur des troncs d’arbres, le tout en remontant! C’est deuxième partie m’aura rincé mais beaucoup fait rigoler. Cela vaut tous les parcours aventures!

Et c’est la fin du parcours. A noter cependant un passage par le musée de l’Apartheid à Johannesbourg juste avant de prendre l’avion du retour, qui vaut le coup d’oeil. Une partie grandement méconnue en France en dehors de ce qui entoure Mandela. Très instructif. Ce séjour aura été épuisant et j’aurai perdu quelques kilos mais quelle claque! Les paysages et les animaux croisés… tellement de souvenirs  qui s’entremêlent dans ma tête en faisant cet article. On se donne rendez vous pour un prochain trip au bout du monde 🙂

MathieuMiles-afriquedusud-57 copie MathieuMiles-afriquedusud-58 copie MathieuMiles-afriquedusud-59 copie MathieuMiles-afriquedusud-60 copie MathieuMiles-afriquedusud-61 copie MathieuMiles-afriquedusud-62 copie MathieuMiles-afriquedusud-63 copie MathieuMiles-afriquedusud-64 copie MathieuMiles-afriquedusud-66 copie MathieuMiles-afriquedusud-68 copie MathieuMiles-afriquedusud-74 copie MathieuMiles-afriquedusud-75 copie MathieuMiles-afriquedusud-76 copie MathieuMiles-afriquedusud-77 copie MathieuMiles-afriquedusud-78 copie MathieuMiles-afriquedusud-79 copie MathieuMiles-afriquedusud-80 copie MathieuMiles-afriquedusud-81 MathieuMiles-afriquedusud-82 copie MathieuMiles-afriquedusud-84 copie MathieuMiles-afriquedusud-85 copie MathieuMiles-afriquedusud-86 copie MathieuMiles-afriquedusud-88 copie MathieuMiles-afriquedusud-89 copie MathieuMiles-afriquedusud-91 copie MathieuMiles-afriquedusud-92 copie MathieuMiles-afriquedusud-93 copie MathieuMiles-afriquedusud-94 copie MathieuMiles-afriquedusud-96 MathieuMiles-afriquedusud-97 copie MathieuMiles-afriquedusud-100 copie MathieuMiles-afriquedusud-101 copie MathieuMiles-afriquedusud-102 copie MathieuMiles-afriquedusud-103 copie MathieuMiles-afriquedusud-104 copie MathieuMiles-afriquedusud-106 copie MathieuMiles-afriquedusud-107 copie MathieuMiles-afriquedusud-108 copie MathieuMiles-afriquedusud-109 copie MathieuMiles-afriquedusud-110 copie MathieuMiles-afriquedusud-111 copie MathieuMiles-afriquedusud-113 copie MathieuMiles-afriquedusud-114 copie MathieuMiles-afriquedusud-115 copie MathieuMiles-afriquedusud-116 copie MathieuMiles-afriquedusud-117 copie MathieuMiles-afriquedusud-118 copie MathieuMiles-afriquedusud-119 copie MathieuMiles-afriquedusud-122 copie MathieuMiles-afriquedusud-123 copie MathieuMiles-afriquedusud-124 copie MathieuMiles-afriquedusud-125 copie MathieuMiles-afriquedusud-127 copie MathieuMiles-afriquedusud-129 copie MathieuMiles-afriquedusud-130 copie MathieuMiles-afriquedusud-131 copie MathieuMiles-afriquedusud-132 copie MathieuMiles-afriquedusud-134 copie MathieuMiles-afriquedusud-135 copie MathieuMiles-afriquedusud-136 copie MathieuMiles-voyage-AFS-137